Malheureusement, comme nous le savons, cela fait trop longtemps que la foret amazonienne brûle. Cette catastrophe représente un gros problème environnemental, ce sont les poumons de la Terre qui viennent de brûler sous nos yeux ébahis. Mais ce problème se divise en deux : si la forêt amazonienne représente 20 % de l'oxygène de la Terre, elle accueille aussi 10 % des espèces animales sur Terre. 

  • Depuis que les premiers incendies se sont déclenchés, c'est aujourd'hui plus de 9 000 départs de feu qui font rage sur l'immense forêt tropicale du Brésil. Aujourd'hui, ils se propagent en Bolivie, au Paraguay et au Pérou.

    Cela engendre des conséquences désastreuses pour les milliers de mammifères, de reptiles, d'amphibiens et d'oiseaux vivant en Amazonie. William Magnusson, chercheur spécialisé dans la biodiversité à l'Institut National de Recherche Amazonien (INPA) déclare qu'en "Amazonie, rien n'est adapté au feu ». 

    Certains feux de forêts sont déclenchés intentionnellement afin de maintenir l'écosystème des régions. Dans ce cas précis, les animaux sont adaptés à ce procédé, tel que le pic à ventre noir qui vient se nicher uniquement dans des arbres calcinés. En contre partie, l'Amazonie, elle, fonctionne différemment. Bien que des incendies se produisent parfois, ils se déclenchent toujours de manière naturelle et ne durent jamais longtemps grâce à l'humidité et la pluie.

    Mazeika Sullivan , professeur associé à l'école de l'environnement et des ressources naturelles de l'Ohio State University explique que les animaux ont très peu de choix au milieu des feux de forêts. Ils peuvent essayer de se cacher en rampant et en se déplaçant dans l'eau ou bien, ils mourront par la chaleur et l'inhalation de la fumée. 

  • Selon les scientifiques et professionnels de la faune et de la flore, certaines espèces pourraient mieux s'adapter que d'autres. Par exemple, être naturellement mobile aide grandement à la survie d'une espèce, tout comme les jaguars ou les pumas qui se déplacent vite. Mais les plus petites créatures telles que les lézards ou les grenouilles, sont des animaux trop lents pour quitter à temps le territoire en feu. 

    Certaines jugées comme étant déjà vulnérables pourraient elles être amenées à disparaître totalement. Il faut savoir que la foret amazonienne est bien trop large pour connaître exactement la répartition géographique de toutes les espèces. Mais récemment, deux espèces de singes viennent d'être découvertes dans une petite région du centre du Brésil menacée par l'incendie. Le Brésil pourrait perdre ces espèces endémiques. 

    Cela engendre des conséquences désastreuses pour les milliers de mammifères, de reptiles, d'amphibiens et d'oiseaux vivant en Amazonie. William Magnusson, chercheur spécialisé dans la biodiversité à l'Institut National de Recherche Amazonien (INPA) déclare qu'en "Amazonie, rien n'est adapté au feu ». 

  • Certains feux de forêts sont déclenchés intentionnellement afin de maintenir l'écosystème des régions. Dans ce cas précis, les animaux sont adaptés à ce procédé, tel que le pic à ventre noir qui vient se nicher uniquement dans des arbres calcinés. En contre partie, l'Amazonie, elle, fonctionne différemment. Bien que des incendies se produisent parfois, ils se déclenchent toujours de manière naturelle et ne durent jamais longtemps grâce à l'humidité et la pluie.

    À court terme, les animaux aquatiques pourraient survivre, mais les amphibiens qui ont besoin de remonter à la surface pour respirer seraient eux très vite menacés par la présence de la fumée. Le feu pourrait également changer la chimie de l'eau ce qui rendrait les rivières plus viables pour les animaux. 

    Mais,sur le long terme, d'autres conséquences sont notables et ce sont les plus problématiques. L'ensemble de l'écosystème repose sur la canopée qui empêche en grande partie de surexposer le sol à la lumière du soleil. Mais le feu a ouvert la canopée ce qui expose d'avantage le sol à la lumière et modifie fondamentalement le flux d'énergie de tout l'écosystème. Les espèces animales devraient alors combattre pour s'adapter à un nouvel écosystème. Toutes les grenouilles qui ont une peau texturée et camouflée à l'écorce ou aux feuilles d'arbre se retrouvent exposées et se voient dans l'obligation de trouver un fond différent. 
    Le seul point positif serait pour les rapaces et autres prédateurs. La forêt brûlée défricherait les paysages ce qui faciliterait la chasse. 

    Le scientifique Magnusson, déclare "Une fois que vous avez enlevé la foret tropicale, vous perdez 99 % de toutes les espèces". Il note qu'il y a récemment eu un changement politique important au Brésil qui a eu un effet boule de neige sur les récents évènements. Selon lui, ce changement fondamental "encourage la déforestation". L'engagement du président brésilien Jair Bolsonaro veut ouvrir l'Amazon aux entreprises. Tous les écologistes et les citoyens inquiets ont pris d'assaut les réseaux sociaux avec le hashtag #PrayForAmazonas ce mercredi. Et depuis, beaucoup ont critiqué les politiques du gouvernement Bolsonaro. 

Liker sur Facebook :

Afficher les commentaires